Acceuil>>Portail de la turquie>>Les régions géographiques

Région de Marmara

Région de Marmara

La région de Marmara, qui est située dans le NordOuest de la Turquie, recouvre une superficie de72 845 km², correspondant à 9,32 % des territoires nationaux. Elle est voisine de la mer Noire, de la mer de Marmara et de la mer Egée et relie l’Asie à l’Europe grâce aux détroits du Bosphore et des Dardanelles. Les îles de Bozcaada et de Gökçeada (Imroz), au large des rives égéennes, sont également dans cette région.

Selon les résultats de l’ADNKS pour 2008, la population de la région, qui est constamment sous la pression des flux migratoires, s’élève à 21 044 783 habitants, dont 18 969 841 vivent dans les centres urbains et 2 074 942 dans les zones rurales.

Le palais Topkapi - ISTANBUL

Dans l’axe Istanbul Bursa Izmit, la région de Marmara est le centre industriel de Turquie. Parmi les biens industriels produits dans la région, il faut compter les produits agroalimentaires, le tissage, le textile, le ciment, la papeterie, les produits pétrochimiques, l’automobile et les pièces détachées, les appareils électriques et les produits manufacturés en métal, ainsi que les wagons et les navires. Outre l’industrie et le commerce, le tourisme y constitue une importante source de revenus.

Le passage dans la région des réseaux routiers les plus courts, qui relient l’Europe à l’Asie et des voies maritimes qui raccordent la mer Noire à la Méditerranée, lui procure un grand avantage, qui contribue à son développement et à sa prospérité. La région, qui a accueilli de grandes civilisations au cours des siècles, est l’un des plus importants centres culturels, artistiques et touristiques du monde avec ses monuments historiques et ses beautés naturelles.

Istanbul, métropole mondiale : Avec ses lieux historiques, ses musées, ses palais, ses murailles, ses résidences au bord du Bosphore, ses beautés naturelles et ses centres religieux, vestiges d’une histoire vieille de 8 000 ans, Istanbul cultive la tolérance et la différence, et porte en elle l’héritage de la culture et de la civilisation mondiales. Connue comme « la capitale des empires », Istanbul est fondée en l’an 658 av. J.C. par les Mégariens et prend le nom de « Byzantium » d’après celui de leur commandant, Byzas.

Istanbul est la ville la plus grande de Turquie, par sa population, sa superficie, mais également du point de vue économique, commercial, financier et culturel. Possédant le plus grand aéroport du pays et le plus grand port d’exportations et d’importations, Istanbul est un immense carrefour, du point de vue des transports maritimes et aériens internes et externes.

La péninsule historique, qui s’étire entre la mer de Marmara et Haliç que l’on appelle « la Corne d’Or », est un authentique musée à ciel ouvert, avec des vestiges artistiques appartenant à la période des empires romain, byzantin et ottoman dont elle était la capitale. Siège de l’autorité politique des sultans ottomans pendant 400 ans et aménagé en musée de nos jours, le palais de Topkapı suscite l’intérêt des visiteurs de toutes les cultures avec ses oeuvres de renommée mondiale et les reli ques sacrées appartenant au prophète des Musulmans, Mahomet, et à sa période. Parmi les splendides palais d’Istanbul, celui de Dolmabahçe, édifié sous le règne du sultan Abdülaziz, est entouré de cinquantesix colonnes et éclairé par un lustre de 4,5 tonnes. Mustafa Kemal Atatürk, le fondateur de la République de Turquie, y est décédé le 10 novembre 1938. La mosquée la plus illustre d’Istanbul, qui en compte environ 500, est Sultan Ahmet avec ses six minarets. La place Sultan Ahmet qui comprend la fontaine en dehors de la mosquée est le lieu de prédilection des touristes. Süleymaniye, chefd’oeuvre de l’architecte Sinan, est une autre mosquée d’Istanbul qu’il convient de citer. Ancienne basilique dont la construction commença au 4ème siècle sous le règne de l’empereur Constantin, le mu sée SainteSophie est l’un des chefsd’oeuvre de la pério de byzantine que compte la ville. Avec une hauteur de 55 mètres et une largeur de 31, la taille de sa coupole la classe en 4ème place derrière les cathédrales de SaintPierre à Rome, de SaintPaul à Londres et de Duomo à Milan. Toutefois, SainteSophie est bien plus ancienne que les précédentes. Le musée de Carie et le réservoir Yerabatan, édifié par les Byzantins au 6ème siècle pour répondre aux besoins en eau de la ville et comprenant 336 colonnes, sont les autres monuments historiques de la ville.

Les différents musées archéologiques d’Istanbul, le musée Atatürk, le musée Sadberk Hanım, le musée de la Mosaïque, le musée de l’Industrie, le musée de la mer et le musée des Juifs turcs, ainsi que la tour de Léandre, la tour de Galata et les forteresses de la Roumélie et de l’Anatolie sont les autres musées et monuments de la ville. Le Grand Bazar, qui date du 15ème siècle, est un des lieux de prédilection des touristes qui viennent à Istanbul. Les quelques 4 000 boutiques qu’il compte vendent des bijoux, des antiquités, des tapis, des souvenirs en argent et en cuivre, des vêtements en cuir et en daim, ainsi que des gravures sur bois incrustées de nacre. Par ailleurs, il est possible de trouver les épices les plus variées au Bazar égyptien, bâti au 17ème siècle sur les instructions de la sultane Hatice. Istanbul est également un marché très moderne, avec les centres commerciaux tels que Carousel, Ataköy Galleria, Akmerkez, Capitol, CarrefourSA, Profilo, Kule et Kule Çarşı, Kanyon, Istinye Park, Ikea et Cevahir, mais également les rues marchandes Istiklal, Rumeli et Bagdad. Istanbul est d’autre part l’un des principaux centres culturels du monde avec ses différents festivals de cinéma et de musique, ses théâtres, ses opéras, ses ballets et ses concerts, ainsi que les symposiums, les conférences et les concours internationaux. Organisé chaque année en juin et juillet, le « Festival International de Culture et d’Art » accueille des artistes illustres venus des quatre coins du monde. En outre, Istanbul accueille très fréquemment des rencontres sportives. Kilyos et Şile sont des villages de vacances dans la région d’Istanbul, connus pour la beauté de leurs plages. Quant à Polonezköy, appelé ainsi en raison des réfugiés polonais qui s’y étaient installés au 19ème siècle, c’est une aire de repos idéale entourée de forêts. La forêt de Belgrade, qui est un parc national, constitue les poumons de la métropole. Il faut y visiter l’arboretum Atatürk et les aqueducs datant de la période ottomane. Enfin, on trouve de larges terrains de golf à Silivri et Kemer.

Les évolutions culturelles : Les ministres de la culture des pays européens se réunissent le 13 novembre 2007 à Bruxelles et approuvent officiellement la candidature d’Istanbul comme capitale culturelle de l’Europe pour 2010. Istanbul, qui a choisi pour thème « Ville des quatre éléments », est désignée en même temps que la ville d’Essen en Allemagne et Pecs en Hongrie. Istanbul, Safranbolu, Boğazköy, le Mont Nemrut, Xanthos Letoon, la grande mosquée et l’hôpital de Divriği et la ville antique de Troie figurent sur la liste du patrimoine mondial, alors que Pamukkale et Göreme en Cappadoce sont inscrits sur la liste du patrimoine culturel et naturel.

Kocaeli Sakarya et le tombeau d’Hannibal : Kocaeli, ville industrielle, est entourée de vergers et de cultures maraîchères. Le centre ville, connu sous le nom de « Nicomédie » à l’époque romaine, compte de nombreux monuments historiques datant de la période ottomane. Une des communes proches de la ville, Hereke, est célèbre pour ses tapis. Quant à Gebze, sur les rives Nord de la mer de Marmara, elle possède une grande richesse historique, dont le tombeau de l’illustre commandant carthaginois Hannibal. Avec ses vastes plaines fertiles propices à l’agriculture, Sakarya est également un centre industriel.

Le Grand bazar - ISTANBUL

Thrace, paradis des champs de tournesol et des vignobles : Les terres fertiles de la Thrace, les territoires européens de la Turquie, sont en général plantées de tournesol et de vigne. Une personne qui vient d’Europe et qui pénètre à Edirne, porte occidentale de la Turquie, rencontre d’abord la mosquée Selimiye, un des chefsd’oeuvre de l’architecture turque. Les luttes traditionnelles de Kırkpınar sont organisées chaque été dans le bois appelé Sarayiçi, à Edirne. Situé à l’Ouest de la Thrace, Tekirdağ possède de vastes plages et de beaux exemples d’architecture ottomane. Il est connu pour ses vignobles et ses fêtes vinicoles. Avec ses richesses naturelles et historiques, Kırklareli est le plus grand département sur les territoires européens de la Turquie. Les communes d’Igneada et de Kıyıköy, sur les rives de la mer Noire, sont réputées pour leurs plages de sable fin.

Marmara du Sud : Au Sud de la mer de Marmara, on trouve le département de Çanakkale qui possède des territoires aussi bien en Asie qu’en Europe, reliés par le détroit du même nom. Les forteresses de Çimenlik et de Kilitbahir, qui datent du 15ème siècle, contribuent à la beauté du détroit des Dardanelles. A la pointe méridionale du parc national, « Le monument aux martyrs de Çanakkale », haut de 42 m., est érigé à la mémoire des 80 000 environs soldats qui sont morts sur le front des Dardanelles au cours de la Première Guerre Mondiale. Le parc abrite également des monuments à la mémoire des soldats britanniques et français. Preuve immortelle de l’humanisme, le monument Anzac, qui comporte également le discours d’Atatürk sur les batailles des Dardanelles, se dresse dans la baie du même nom, sur les côtes d’Arıburnu, et commémore le débarquement des soldats anzacs, venus participer à la bataille des Dardanelles. Çanakkale est entouré de villes historiques. A 30 km au SudOuest, se trouve Troie, où se déroulèrent les guerres troyennes, évoquées dans l’Iliade par le poète anatolien Homère, et qui est connue pour son cheval de bois. Au Sud de Troie, on trouve successivement les villes antiques de Néandrie, d’Alexandrie, de Troas et de Chryse, ainsi que Behramkale l’antique Assos réputée pour être le lieu de vacances des intellectuels. A 248 m. audessus du niveau de la mer, le temple d’Athéna, érigé au 6ème siècle av. J.C., se dresse sur l’acropole d’Assos. Balıkesir, un des principaux départements de la région de Marmara, est entouré de la mer de Marmara au Nord, et de la mer Egée à l’Ouest. Bandırma, qui est situé sur les rives de la mer de Marmara du département de Balikesir, est le plus important port de la région après Istanbul. Au NordOuest du lac de Manyas, situé au Sud de Bandırma, se trouve le « Paradis des Oiseaux », parc national qui accueille chaque année trois millions de volatiles, répartis en 239 espèces. Les rives égéennes du département de Balıkesir se limitent au golfe d’Edremit, riche de son patrimoine naturel et historique, et dont les côtes sont couvertes d’oliveraies. Selon la mythologie, le premier concours de beauté du monde se déroula sur le Mont Kaz (Ida) au nord d’Edremit, où vécut Paris, le fils du roi de Troie. La région abrite de nos jours un parc national.

Akçay, Altınoluk, Ören et Ayvalık sont situés autour du golfe. Leurs vastes plages en font des lieux de vacances privilégiés. Les îles de Çamlık et d’Alibey (Cunda) sont connues, chez les gourmets, pour leurs restaurants proposant des menus d’une grande richesse à base de fruits de mer, en dehors de leurs beautés naturelles.

Bilecik, situé sur les terres irriguées par le fleuve Sakarya, est un centre important dans l’histoire ottomane. En effet, l’Empire ottoman y est fondé en 1299. A 30 km à l’Est de la ville, Bursa, « ville divine » dans un écrin vert : Fondée sur les flancs du Mont Uludağ et littéralement submergée par la végétation, Bursa, la 4ème plus grande ville de Turquie du point de vue de sa population, est qualifiée de Bursa a été distinguée par l’UNESCO parmi les villes euro péennes pour la conservation de son environnement. La nature, l’histoire, la végétation et l’architecture s’intègrent dans une magnifque atmosphère d’harmonie. Réputée pour sa soie, ses servietteséponges et ses installations thermales, Bursa est en outre une grande ville industrielle, où l’automobile et le textile sont particulièrement développés. Dans le Sud de la métropole, où se concentrent les oeuvres datant de la période ottomane, se trouve le parc national d’Uludağ, dont les installations modernes sont idéales pour les sports d’hiver. Par ailleurs, Çekirge, qui est le plus ancien quartier de Bursa, en est également le centre thermal. Important centre urbain à l’époque des Romains et des Byzantins, Iznik le demeure sous les Ottomans. Les plus belles faïences du monde y étaient produites par les artisans ottomans.